Binationalité et bilinguisme vont-il automatiquement de pair ?

-

Les enfants de couples binationaux ont cette chance de pouvoir hériter plus facilement de 2 langues. Mais cette richesse est-elle simple à gérer ? Le bilinguisme sera-t-il acquis dans tous les cas ? En réalité, pour les enfants comme pour les parents, c’est un long chemin à parcourir. Nous insistons souvent dans nos articles sur la nécessité d’adopter une stratégie familiale pour que les deux parents transmettent leurs deux langues, et de tenir bon au fil des années. Mais rien ne vaut le partage d’expériences vécues.

Ainsi nous avons interviewé Nathalie Barberis, fondatrice de la société Marypop, et maman de 3 enfants franco-néerlandais de 10, 11 et 14 ans. Nathalie, elle, comprend le néerlandais mais le parle peu. Elle nous raconte comment ses enfants sont devenus bilingues alors que la famille vit en France et que le papa parle parfaitement le français.

Quand avez-vous commencé à parler chacun dans votre langue à vos enfants ?

Dès leur naissance. Mon mari a toujours parlé néerlandais à nos enfants et je leur ai toujours parlé français. Ils parlent français entre eux et mon mari me parle en français.

Vos enfants parlent-ils aussi bien le français que le néerlandais ?

Un enfant ayant la double nationalité lit un livre en néerlandaisNos enfants comprennent aussi bien le néerlandais que le français, mais ils le parlent peu, probablement par manque de motivation. En effet, on constate que quand ils sont aux Pays-Bas avec leurs amis, ils s’y mettent naturellement et le parlent plutôt bien ! Ils peuvent lire également en néerlandais, même si bien-sûr ils n’ont pas le même niveau que les enfants néerlandais de leur âge.

Quelles sont les autres initiatives que vous avez prises pour accompagner leur bilinguisme ?

Quand ils étaient petits, nous leur avons systématiquement passé les dessins animés en néerlandais. Ils avaient également des jeux sonores en néerlandais.

Quand ils étaient plus grands, nous les avons inscrits dans une école néerlandaise à Paris, où ils étaient complètement immergés le mercredi matin avec des professeurs et des élèves néerlandophones.

Enfin, nous choisissons le souvent possible des baby-sitters néerlandophones. C’est la meilleure façon de leur faire parler leur langue paternelle, tout à fait naturellement.

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées ? Avez-vous des regrets ?

Nos enfants ont souvent été réticents, soit de façon passive soit de façon plus active, à parler le néerlandais au sein du foyer. Nous avons choisi de ne jamais les obliger à le faire – par exemple en disant « Ton papa ne te comprend pas quand tu parles français, parle en néerlandais » ou en ne leur répondant pas quand ils parlent français. Nous avons voulu éviter que l’apprentissage de leur langue paternelle représente un stress pour eux et pour nous, peut-être au détriment de leur pratique de la langue… Ils parleraient peut-être mieux néerlandais aujourd’hui si nous avions été plus directifs.

Ce qui est sûr, c’est que leur pratique aurait été meilleure s’ils avaient été plus souvent en contact au quotidien avec des personnes néerlandophones, par exemple des baby-sitters. Nous l’avons fait le plus possible, mais trouver de telles baby-sitters reste compliqué en France, même dans les grandes villes.

Quels sont les avantages pour eux, selon vous, d’être bilingues ?

Le principal avantage pour eux est le fait de considérer que « parler plusieurs langues » est tout à fait normal. Dès lors, ils n’ont pas peur de se lancer dans l’apprentissage d’une nouvelle langue : notre aîné apprend le chinois par exemple.

Leur aptitude à apprendre les langues étrangères dépend ensuite des capacités de chacun (je ne crois pas qu’un enfant bilingue est forcément « bon » dans les apprentissages linguistiques). Néanmoins ils bénéficient tous les trois d’un capital confiance en la matière et d’un potentiel linguistique. S’ils étaient amenés, adulte, à vivre quelques mois aux Pays-Bas, ils reviendraient sûrement parfaitement bilingues !

Quels conseils donneriez-vous à des parents de jeunes enfants bilingues ?

Parlez-leur systématiquement votre langue et n’abandonnez jamais, même si votre enfant répond en français.

Mettez vos enfants en contact le plus souvent possible avec des personnes proches, qui leur parlent systématiquement votre langue. Un grand parent, des amis, un(e) baby-sitter… c’est la meilleure façon de leur faire apprendre votre langue.

Un enfant biculturel rencontre le Sinterklaas néerlandais

Allez le plus souvent dans les pays où votre langue cible est parlée : c’est au cours de ces séjours que votre enfant progressera le plus, notamment quand il est en contact avec des enfants de son âge.

Enfin, incitez votre enfant à parler la langue cible, sans le contraindre ou l’ennuyer : c’est tout un challenge mais c’est possible grâce aux jeux et en organisant des activités dédiées dans la langue cible (par exemple, vous pouvez décider que cuisiner ensemble ou faire du vélo se fait toujours dans la langue cible, y compris pour lui).

Comment votre vie de maman d’enfants bilingues a-t-elle influencé votre vie professionnelle ?

Après 20 ans dans les télécoms et le Digital, j’ai fondé Marypop en 2019. Marypop est la 1ère plateforme de baby-sitting multilingue, qui met en relation les parents avec des baby-sitters qui parlent la langue de leur choix. Nous aidons tous les parents qui souhaitent voir progresser leur enfant dans une langue particulière à trouver une baby-sitter bilingue et de confiance. Nous proposons 35 langues sur www.marypop.com dans 200 villes en Europe. Les personnes qui s’adressent à nous sont des familles bilingues, des expatriés ou encore des parents qui souhaitent initier leur enfant à une langue étrangère, tout simplement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez ici votre commentaire
Ecrivez votre nom ici

Que cherchez-vous ?

Restons connectés

Nos guides pratiques

La sélection du moment

C01_BlueBackground_Flags