Vivre à l’étranger est une chance pour nos enfants : ils vont découvrir de nouveaux horizons et apprendre une autre langue. Cependant il arrive (plus souvent qu’on ne l’imagine) que la langue du pays soit tellement bien assimilée que le français commence à flancher ou peine à s’installer. Le phénomène est d’autant plus flagrant que les enfants sont partis jeunes ou nés à l’étranger, et il s’accentue lorsqu’ils fréquentent un établissement local.

Et nous, les parents qui avons déjà relevé bien des défis liés à cette expatriation, nous voudrions en plus le meilleur des deux mondes pour nos enfants. Bilinguisme et multiculturalité nous font rêver… mais nous avons bien du mal à trouver les solutions pertinentes pour leur faire apprendre le français ou pour le garder. Dans cet article je vous aide à réfléchir en fonction de leur environnement et de vos ambitions (linguistiques !) et je vous présente les multiples possibilités pour que vos enfants conservent et développent leur français.

Famille expatriée aux USA

Apprendre le français à un enfant expat, c’est toute une stratégie !

L’impact de l’environnement scolaire

Selon le pays, son niveau de vie, la langue parlée, le quartier où l’on pourra habiter, il sera possible ou non de choisir la part qu’aura le français dans la scolarité de votre enfant : immersion totale dans une école publique locale, programme bilingue dans une école publique ou privée, ou encore scolarité en anglais dans une école internationale offrant éventuellement une option Langue française… Chacune a ses avantages et vous devrez choisir selon le pays et les critères de votre famille. Pour vous y aider, nous avons consacré un article aux facteurs à prendre en compte pour choisir le système éducatif le plus approprié.

Point d'exclamation - Attention !Pour ceux qui choisissent une école qui n’enseigne pas une partie du temps en français, il sera difficile d’acquérir ou de maintenir un bon niveau en français, notamment à l’écrit, sans travailler en parallèle. Si l’expatriation dépasse une année, il faudra sans aucun doute faire du français une activité extra-scolaire.

L’impact de l’environnement familial

Après l’école, c’est bien sûr la famille qui va jouer un rôle primordial dans les apprentissages linguistiques. En particulier pour les parents de jeunes enfants et pour les familles mixtes, il faudra très rapidement réfléchir à votre stratégie de langage en famille.

Les stratégies les plus classiques reposent les méthodes OPOL (One Parent One Language) et MILAH (Minority Language At Home) mais en réalité la plupart des familles ont besoin de souplesse dans ces règles et peuvent aussi changer de stratégie en fonction du contexte.

Pour en savoir plus et explorer les sujets liés au bilinguisme, je vous conseille les blogs Multilingual Parenting (en anglais) et L’avantage Bilingue, ainsi que le livre « Raising global nomads » de Robin Pascoe qui m’a beaucoup aidée.

Vos objectifs et vos ambitions autour du bilinguisme

Afin de définir la forme que doit prendre l’enseignement du français à vos enfants (temps consacré, méthode, livre, prof ou pas prof…), vous devez tout d’abord être clairs avec vos objectifs et vos ambitions en la matière. Il est important de les partager avec votre conjoint car même s’il ou elle ne parle pas/peu français, votre conjoint fait partie intégrante du dispositif de soutien et de transmission de la langue aux enfants. Alors posez-vous les bonnes questions :

  • Est-il important pour moi que mes enfants parlent et écrivent un français impeccable ?
  • La famille vivra-t-elle un jour en France ?
  • Est-ce important que mes enfants aient un niveau de français suffisant pour étudier en France s’ils le souhaitent ? Est-il probable qu’ils veuillent étudier en France ?

Pour certains parents un bon français à l’oral est suffisant, afin de communiquer avec la famille et de valoriser cette compétence sur un cv, même si l’écrit n’est pas parfait. Pour ceux qui envisagent de revenir en France un jour, il est important que le niveau de français soit suffisant, à l’écrit comme à l’oral, pour que les enfants intègrent un établissement français ou bilingue sans trop de difficultés, et si possible dans le niveau de leur âge. Bref, chaque cas est unique et c’est à vous de définir clairement vos objectifs (autant que faire se peut, on sait bien que la vie à l’étranger est pleine de rebondissements !).

Vos moyens pour y arriver

Avoir de l’ambition c’est bien, mais il faut aussi être honnête et réaliste sur les moyens qu’on est capable de mettre en face. Je veux parler principalement de disponibilité, de tempérament et de budget, 3 éléments qu’on ne peut ignorer malheureusement.

Une maman fait les cours de français avec son fils Trouvez le temps de faire du français est le problème n°1 de très nombreux parents qui se chargent de l’enseigner eux-mêmes à leur progéniture. Peu importe les méthodes, les livres ou les supports qu’ils aient choisis, il faut de la régularité. Peu importe aussi que les parents travaillent tous les 2 ou pas, car les enfants ont également des agendas bien chargés ne facilitant pas la situation.

Alors là aussi, posez-vous la question : quelle implication de votre part est raisonnable, compte tenu de votre emploi du temps, pour accompagner chacun de vos enfants dans l’apprentissage du français ? Si vous jouez le rôle du prof, vous devrez préparer les leçons, être le tuteur pour les leur expliquer, suivre leur progression par rapport au programme scolaire français, et tout cela sans passer pour le père fouettard !

Car le problème n°2, ce sont les tensions inévitables qui naissent de cette relation d’apprentissage. Parce qu’on projette beaucoup d’attentes sur nos enfants dont le français est la langue maternelle, nous créons ainsi une tension émotionnelle forte, qui nous fait souvent perdre patience. Sans compter que nous ne sommes pas tous doués sur le plan pédagogique pour rendre un sujet clair et compréhensible de manière adaptée à l’âge de l’enfant. Et pour finir, lorsque les enfants arrivent au collège et au lycée, cela devient difficile d’endosser le rôle du prof tout en maintenant de la motivation, de l’écoute, et un bon niveau académique !

Enfin, le problème n°3 est tout simplement budgétaire. C’est forcément une pièce importante du jeu, surtout dans les grandes villes chères où résident de nombreux expats, et où le coût d’un prof à domicile peut atteindre des sommes inattendues. A travers cet article nous tentons aussi de répondre aux parents qui nous demandent des solutions efficaces et qui restent dans un budget raisonnable.

Livres, cours, méthodes diverses et variées… lesquels choisir ?

S’appuyer sur l’aide d’un professeur

Commençons par éclairer les parents qui n’ont pas le temps, pas le niveau, ou pas le courage de prendre en main l’apprentissage du français de leurs enfants ? On ne les blâme pas, bien au contraire on les comprend !

1. Prendre des cours en groupe

Les cours collectifs représentent un budget plus raisonnable que des leçons individuelles et sont souvent plus ludiques pour les enfants. Le niveau des classes est parfois hétérogène et un cours  hebdomadaire ne suffit généralement pas à suivre le programme de l’éducation nationale, donc c’est plutôt une solution pour les parents qui souhaitent entretenir ou aborder la langue sans viser un très bon niveau académique.

Vous trouverez des cours en groupe en contactant les organismes suivants :

Institut Français - Alliance FrançaiseLes Alliances françaises ou les Instituts français : vous y trouverez des cours de français en groupe pour enfants et adultes. Attention toutefois au niveau des cours car ils ne proposent pas tous du Français Langue Maternelle. Si votre enfant suit des cours de Français Langue Etrangère il risque de s’ennuyer car il sera avec des enfants qui ne parlent pas français à la maison.

Association Français Langue MaternelleLes associations FLAM, créées par des parents volontaires. Chaque antenne locale fait un travail formidable pour proposer des activités extra-scolaires en français langue maternelle ou des cours de français académique en groupe. Il y en a peut-être une à côté de chez vous, regardez sur leur carte.

Les écoles de langues privées locales : renseignez-vous auprès des écoles ou de la communauté francophone autour de vous pour savoir si des sociétés proposent des cours de français. Là aussi, il s’agira généralement de Français Langue étrangère et cela vaut donc surtout pour les familles mixtes dont les enfants ont été très peu immergés dans la langue.

2. Choisir un cours individuel ou en mini-groupe

Avec un professeur particulier vous avez la possibilité de faire du sur-mesure, il s’adapte à vos contraintes et à l’âge de vos enfants. Il décidera avec vous des objectifs à atteindre et vous proposera sa méthode et ses supports, mais vous pourrez aussi utiliser une méthode ou un programme que vous aurez sélectionné (pour autant qu’il soit souple et ouvert !). Et s’il est vraiment chouette, il acceptera de former un petit groupe de 2 ou 3 enfants du même niveau pour partager les coûts… et l’enthousiasme !

  • Recruter un professeur à domicile. Pour trouver un professeur certifié, un tuteur chevronné ou un étudiant français, le bouche-à-oreille est encore ce qui fonctionne le mieux : parents de l’école, bonnes copines du réseau francophone local, Accueil, groupes Facebook de francophones de la région, groupes WhatsApp, etc. Il vous faudra cependant être pro-actif dans la recherche car vous n’êtes certainement pas le / la seul(e) à rechercher cette perle rare. La quête peut s’avérer longue et difficile.
  • Le prof particulier à distance. Pourquoi de plus en plus de sociétés évoluent vers cette alternative ? Parce que la technologie permet aujourd’hui de vivre un cours à distance presque comme avec un prof à domicile, avec des avantages en plus : pas de déplacement, des horaires plus flexibles, et un coût moindre.

Exercice à 2 pour des cours de français à distanceCeux que nous recommandons parce que nous les avons testés sur le long terme, ce sont les cours de VivaLing. A travers l’application Zoom (similaire à Skype mais avec plus de fonctionnalités), votre enfant prend son cours de Français Langue maternelle avec son professeur. Diplômé et formé à l’enseignement à distance, il s’assure que l’enfant participe activement sans décrocher une seconde… autrement dit l’efficacité d’un cours particulier pour le prix d’un cours collectif.

Un élève suit un cours GriffonLes cours enregistrés conçus par des professeurs diplômés. C’est le concept des Cours Griffon qui se situe entre le prof particulier à distance et la méthode de cours à suivre en autonomie. Je m’explique : votre enfant suit un programme de cours enregistrés en vidéos, dans lesquels un professeur s’adresse à lui pour lui expliquer une leçon et lui faire faire des exercices. Il n’y a pas ici de véritable interactivité avec le prof mais c’est une formule unique qui réunit 2 éléments : un cours oral qui s’appuie sur des supports papier permettant de suivre le programme de l’éducation nationale, et un budget très réduit. Pour découvrir ce qu’en pensent d’autres parents, lisez notre article sur les Cours Griffon.

S’appuyer sur un organisme d’enseignement à distance

Le CNED (organisme reconnu par l’État pour l’enseignement à distance), mais aussi d’autres instituts privés, proposent différentes formules pour suivre à distance le programme de l’Éducation Nationale, en français comme dans les autres matières.

Au-delà du home schooling, la plupart s’adaptent aux expatriés déjà scolarisés dans une école en offrant des formules allégées. Cela permet d’aller à l’essentiel tout en visant un français parfait à l’écrit comme à l’oral. Notre dossier sur les cours à distance vous présente en détails les avantages et les contraintes du CNED, de Hattemer Academy, des Cours Legendre à distance et des Cours Sainte-Anne.

De nouveau, j’attire votre attention sur le niveau d’engagement nécessaire de la part des élèves comme de leurs parents pour profiter pleinement des bénéfices de ces méthodes et ne pas faire du français une corvée pour le tout le monde. Pour vous aider si vous choisissez les cours du CNED, une petite structure créée par 2 professeurs (son drôle de nom : Ooh La La) propose des cours à distance en mini-groupe : 1h30 par semaine pour suivre le programme allégé du CNED et assurer un bon relevé de notes à la fin de l’année !

Prendre en main l’apprentissage du français de ses enfants

1. S’amuser avec eux dans la pratique de la langue

Avant l’âge de l’apprentissage de la lecture et de l’écriture, entre 5 et 7 ans environ, le français se transmet oralement et pour moi il est important de construire une relation saine entre l’enfant et la langue afin que l’enfant prenne du plaisir à parler français. C’est grâce à cette base saine que nous pourrons ensuite nous attaquer à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture.

Pour faire un peu de français tous les jours, pour que ce soit « fun » et sans que les enfants se rendent compte qu’ils pratiquent la langue (oui, il faut souvent ruser avec les enfants), voici nos recommandations essentielles pour s’amuser en famille.

2. Leur apprendre à lire et à écrire

A quel âge faut-il apprendre à lire et à écrire en français ? Faut-il apprendre la lecture et l’écriture de la langue locale et du français en en même temps ou en décalé ? Il n’y a pas de règle quant à l’âge que doit avoir un enfant pour apprendre à lire et à écrire en français, ni de dogme sur l’apprentissage en décalé ou en simultané. Votre enfant est demandeur ? Si vous pensez qu’il est prêt, alors c’est le moment.

Méthodes pour apprendre à lire et à écrire pour les enfants expatriésMon conseil : choisissez pour vous accompagner des méthodes solides, reconnues et plébiscitées par les parents. Parmi elles, je citerais notamment :

N’hésitez pas à partager avec nous vos méthodes coup de cœur en commentaires de cet article !

Réduction offerte par Devenir BilingueGuide pratique pour apprendre à lire et à écrire

Vous trouverez également dans notre « Guide pratique pour transmettre le français à vos enfants » de nombreuses ressources à la fois ludiques et pertinentes pour vous aider : des méthodes, des jeux ou des exercices proposés par nos sites et nos blogs préférés.

Piochez également beaucoup d’autres ressources et astuces pour enseigner vous-même le français dans notre rubrique « Conserver et transmettre le français ».

 

L’apprentissage du français n’est pas un long fleuve tranquille quand on vit à l’étranger, mais j’espère que cet article vous aura armé et motivé pour donner à vos enfants ce beau cadeau qu’est parler, lire et écrire en français.

Surtout, ne restez pas seul(e) face à ce défi du bilinguisme et de la multiculturalité. Venez profiter du soutien de notre communauté sur le groupe Facebook « Expatriés francophones : transmettons notre langue et notre culture », on y partage plein de bonnes idées pour avoir du plaisir à être et à parler français.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.