Accueil » Pour les enfants » Enfants bilingues, paroles d'experts » Comment aider son enfant à apprendre une langue étrangère?

Comment aider son enfant à apprendre une langue étrangère?

Article invité – Témoignage de Catherine Allibert, écrivain et accompagnatrice des enfants expatriés dans le monde de la langue française.

J’ai la chance d’avoir deux enfants bilingues ! Attention, ne vous méprenez pas : cela ne veut pas dire qu’ils maîtrisent parfaitement deux langues. Mais ils savent communiquer aisément en anglais comme en français. Comment suis-je parvenue à ce résultat ? Je dirais que c’est par opportunité : celle d’une expatriation aux États-Unis. L’immersion est à mon avis le meilleur des apprentissages. Toutefois, je tenais à vous faire partager quelques conseils inspirés de ma propre expérience pour vous aider à leur apprendre une langue étrangère et les préparer – pourquoi pas? – à la belle aventure de l’expatriation.

1. Lui expliquer pourquoi apprendre une langue étrangère
Il est complètement futile d’imposer à un enfant une autre langue s’il ne comprend pas pourquoi. L’impliquer est essentiel. Nous avons dû expliquer aux nôtres qu’ils allaient prochainement rencontrer des copains de classe et des maîtresses qui ne parlaient pas du tout français. Bien sûr, ils n’ont pas tout de suite compris : difficile à l’âge de 3 et 5 ans de se projeter dans un futur aussi improbable. Mais ils ont ressenti qu’il fallait qu’ils se préparent à un changement et cela a eu un effet direct sur leur motivation.

2. Faire des ponts entre les langues
Nous avons commencé à les initier à l’anglais en leur montrant… les mots qui étaient pareils ! Comme « important », « intelligent », « fragile », avec une prononciation légèrement différente, plus rigolote à leurs oreilles. Ce fut une manière de les rassurer. Nous avons aussi ri des différences avec les fameux « faux amis » et imaginer des situations loufoques comme par exemple celle où un Français répondrait « merci » à un Américain qui, lui, comprendrait « pitié ! ». Nous leur avons aussi montré des livres d’idiomatiques. Et toujours dans le rire et l’enthousiasme, nous nous sommes posés des questions sur ces expressions, car, en effet, pourquoi les cochons volent chez les Américains alors que chez nous, Français, les poules ont des dents ?

3. Utiliser des ressources diverses
« I like to be in America ! » C’est la première chanson en anglais qu’ont apprise mes enfants avant notre expatriation aux États-Unis (ce qui a fait – bien sûr ! – rire toutes les maîtresses américaines !). Les chansons, les vidéos que l’on trouve sur Internet, mais aussi les livres permettent de montrer des choses simples et adaptées à leur âge. La diversité de ces ressources a permis de varier l’apprentissage.

4. Répéter, répéter et répéter
Nous avons l’impression qu’ils ont assimilé un mot ou une phrase. Pourtant le lendemain, ils ne savent plus rien. Le fait de répéter un mot, de jouer avec, de l’utiliser dans un autre contexte va leur permettre de se l’approprier de manière plus durable. N’ayons donc pas peur de passer pour des perroquets !

5. Arrêter d’évaluer
Est-ce si grave si votre enfant fait une erreur ? Faut-il systématiquement les reprendre quand ils font une faute ? Mon expérience m’a prouvé qu’un tel comportement les amène souvent à se décourager. J’ai vite arrêté et j’ai opté pour une attitude plus ouverte : les inviter à réfléchir sur ce qu’ils viennent de dire, faire une blague ou un jeu de mot ou simplement ne pas en tenir compte pour laisser s’exprimer leur enthousiasme. J’ai par contre décidé d’être intransigeante avec moi-même : mon exemple leur a permis de s’améliorer… à tel point que ce sont eux qui me reprennent maintenant !

6. Lâcher la pression
De notre point de vue, il nous paraît essentiel qu’ils apprennent une langue (pour des raisons qui nous sont propres à chacun). Nous ne nous rendons pas toujours compte que nous mettons une pression importante sur leurs épaules. Et que ce qui pourrait être vécu comme un jeu, un amusement, une découverte agréable est alors assimilé par l’enfant comme une contrainte, parce qu’il faut « faire plaisir à papa ou maman », parce que « sinon, c’est grave ! », « parce que « sinon, ça veut dire que je suis bête ! ». Les enfants peuvent être extrêmement exigeants avec eux-mêmes. Les mettre dans une situation difficile ne les aidera pas à trouver les ressources nécessaires en eux pour apprendre une langue.

7. Avoir un état d’esprit plein de bonne humeur
Si vous-même avez une attitude positive et pleine d’enthousiasme par rapport à l’acquisition d’une nouvelle langue, vous serez étonné(e) de voir que votre enfant adopte la même attitude. Il vous surprendra en étant avide d’apprendre et en faisant lui-même des jeux de mots !

J’espère que ces conseils vous aideront. J’ai dit plus haut que l’immersion est le meilleur des apprentissages, mais c’est, à mon avis, aussi, le plus dur. C’est un peu comme si vous les jetiez dans la piscine pour leur apprendre à nager. J’ai aidé du mieux que j’ai pu mes enfants à faire ce saut. Bien sûr les premières semaines dans ce bain linguistique ont été difficiles. Mais au bout d’un mois, ils étaient capables de parler avec leurs maîtresses. Au bout de trois mois, ils faisaient un exposé en anglais devant toute la classe. Bien plus que la connaissance d’une langue, c’est la confiance en soi et le plaisir d’apprendre que j’espère leur avoir inculqués. N’est-ce pas finalement ce que nous voulons tous pour nos enfants ?

Portrait de Catherine AllibertTémoignage de Catherine Allibert
Ecrivain et accompagnatrice des enfants expatriés dans le monde de la langue française.
Son site web: www.unehistoiredeninjasetdesamourais.com

Bouton pour télécharger notre guide pour les enfants de 6 à 12 ans

 

2 commentaires

  1. Salut… pour une méthode complète pour devenir bilingue, j’ai trouvé ce site qui n’est pas mal: http://www.learnlanguagesonyourown.com/accueil.html

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*