Beaucoup d’enfants francophones scolarisés aux États-Unis ne veulent plus retourner en France, et pourtant beaucoup de parents américains critiquent leur système scolaire. Même si on déchiffre certaines choses à travers les films ou séries américaines, il n’est pas simple de comprendre le fonctionnement de l’école américaine quand on vient d’un autre pays.

Dans ce dossier nous décodons le système scolaire américain en expliquant le parcours d’un élève aux États-Unis, depuis ses premiers pas en preschool jusqu’aux années de high school et à la fameuse graduation. Nous partageons les témoignages de familles francophones vivant aux USA dans lesquels enfants et parents parlent de leur expérience d’élèves et de parents d’élèves. En bonus, vous apprendrez tous les termes scolaires américains pour comprendre enfin ce dont on vous parle à l’école !

Façade d'une école américaine
École publique américaine

Équivalences entre les niveaux de l’école américaine et française

Tout d’abord, il est essentiel de savoir à quel niveau (grade aux USA) appartient votre enfant en fonction de son âge. Voici le tableau des équivalences.

Equivalence des classes entre la France et les Etats-Unis

Le système scolaire américain : ce que vous devez savoir

Un système décentralisé

Le système scolaire aux États-Unis est très décentralisé, c’est pourquoi vous constaterez qu’il peut y avoir bien des différences d’un état à un autre et ce, à tous les niveaux : contenus des programmes, âges d’entrée à l’école, dates des vacances, etc. Dans ce dossier nous ferons des généralités qui pourront à tout moment être contredites par des spécificités locales !

École publique ou école privée ?

Aux États-Unis comme ailleurs, le débat de l’école publique ou privée se pose. Beaucoup de familles américaines sont attachées à l’idée d’une école de quartier et considèrent que l’éducation des enfants relève de la responsabilité des parents, ces derniers devant avoir toute liberté de choix dans ce domaine et possédant un droit de regard sur ce que leurs enfants apprennent à l’école. « L’inégalité (…) n’est pas dénoncée ; elle est acceptée comme une donnée sociale que compense, de façon mythique, la liberté laissée à chacun de se saisir d’une égalité de principe qu’il lui appartient de valoriser. » soulignent Colette Crémieux et Hélène Roujansky dans leur Cahier Pédagogique n°392 « L’enseignement aux USA ».

Bibliothèque à l'écoleNaturellement, il existe d’excellente écoles publiques où les gens affluent pour y faire entrer leurs enfants. Si les écoles publiques sont gratuites, les écoles privées sont payantes et comme les frais de scolarité sont très élevés dans le privé, ils peuvent rapidement devenir un frein. Par exemple, une année de primaire à The Hamlin School, San Francisco, coûtera 34 000 USD. Une année de primaire à Dalton, la très célèbre école new-yorkaise, coûte environ 51 000 USD. Oui, vous avez bien lu…

Comme vous le savez également, étudier aux États-Unis coûte très cher (voir notre article Quel budget et comment obtenir une bourse pour étudier aux USA?), alors pour les familles qui envisagent de s’établir à long terme aux USA, les frais de scolarité sont un marathon financier. Beaucoup de familles américaines font le choix de l’école publique et réservent leurs économies pour les études supérieures.

A noter : les écoles privées ont la liberté de leur calendrier de vacances et il est fréquent que ce dernier soit différent du calendrier de vacances des écoles publiques. Attention donc au casse-tête des enfants scolarisés dans différents systèmes ou écoles.

Les américains sont aussi friands des écoles non mixtes (single-sex education) : All-girls ou All boys schools que vous trouverez dans le système privé.

Modalités d’inscription

Pour l’école publique vous serez sectorisés, tout comme en France et la carte scolaire qui s’applique. Pour connaitre l’école de rattachement de votre lieu de résidence, recherchez « School zone + ville » sur internet.
Pour les écoles privées, vous pouvez habiter aussi près ou aussi loin de l’école que vous souhaitez.

Sachez qu’intégrer une école privée est souvent difficile. Certes, un premier tri a lieu par l’argent mais ce n’est pas tout. Vous devrez présenter votre dossier (bulletins, lettres de recommandation, etc.) et soutenir votre candidature en tant que famille. Souvent les enfants postulant en maternelle seront évalués lors d’un playdate collectif à l’école. Les parents soutiendront leur candidature lors d’un entretien privé avec le Directeur des Admissions ou son équipe.

Pour en savoir plus sur les modalités d’inscription en école privée, vous pouvez consultez notre article Comment intégrer une école bilingue aux USA  car pour les écoles privées le processus d’admission est similaire pour les écoles bilingues ou monolingues.

Le système scolaire américain de la maternelle au lycée

Pour petits et grands découvrez le contenu des cours, le rythme des journées, et devenez de vrais américains en sachant tout sur le school bus, la lunch box, l’uniforme, les clubs et bien d’autres choses encore !

Ces articles sont écrits par la pétillante Yasmine Garreau, auteure du blog My Bus Jaune.

Le système scolaire américain
1. Preschool, Kindergarten, Elementary school : de 2 à 10 ans
2. Middle school (le collège) : de 11 à 13 ans
3. High school, (le lycée) : de 14-18 ans (à paraître)

Ce que vous allez découvrir en scolarisant vos enfants aux États-Unis

La pédagogie : le bonheur à l’école !

Vous allez rapidement constater qu’à l’école américaine, la pédagogie est très positive. Les enseignants s’attachent davantage à féliciter les élèves pour leurs efforts et leurs succès, aussi petits soient-ils, qu’à souligner le « peut mieux faire », plutôt français. Encouragements et félicitations sont donc distribués avec largesse et même bruyamment. Devant tant d’éloges, notre scepticisme français nous pousse parfois à douter de la sincérité de ces compliments. J’avoue être restée dubitative devant la pluie de awesome, fantastic, et autre fabulous concernant les progrès de mon fils de 4 ans qui ne pipait pas un mot d’anglais. En même temps ces encouragements lui montraient que sa maîtresse croyait en lui.

Journée pyjama à l'école américaine
Journée pyjama à l’école

Dans ce contexte, aller à l’école doit donc être un plaisir. L’école vise l’épanouissement de ses élèves autant que la transmission des savoirs. Ainsi les rapports entre enseignants et élèves sont plus simples, plus directs et l’interactivité plus grande. Poser des questions est très encouragé dès les petites classes et le rapport entre enseignant et élèves est moins formel qu’en France où parfois l’enseignant semble distant. Aux États-Unis, on peut parler à ses profs quand on veut, ils sont beaucoup plus accessibles. Et si on les croise au supermarché, bien sûr qu’on ira les saluer 😉

Votre nouvelle communauté

Aux États-Unis, chaque école n’est pas juste le lieu où se rendent les enfants pour être instruits, c’est une communauté, avec ses valeurs et ses traditions, comme la school assembly, les activités et les compétitions sportives, les clubs, etc. « L’école un lieu unique de sociabilisation et un foyer de loyauté intense que beaucoup d’écoles – et bien sûr d’universités – essaient de maintenir tout au long de la vie de leurs élèves grâce à leurs associations d’anciens élèves. », explique Robin Alexander, professeur à l’Université de Cambridge dans la Revue Française de Pédagogie n°142.

Et votre nouvelle communauté sera représentée par une mascotte naturellement ! Tigre, requin et autre bulldog sont la représentation visuelle de sentiments d’appartenance, d’identification, de fierté et de loyauté, que partagent les élèvent, les professeurs, les parents et l’équipe administrative de l’école. Alors soyez prêts à acheter et à porter l’équipement siglé de votre école : t-shirts, casquettes, bouteille d’eau, etc., pour montrer que vous partagez le team spirit.

L’individu au cœur du système éducatif

Une autre grande caractéristique de l’école américaine est de traiter les élèves davantage en tant qu’individu plutôt qu’en tant que groupe classe. En faisant la part belle à l’individualité l’école américaine est mieux à même de gérer et d’intégrer des spécificités individuelles. Ces spécificités peuvent être diverses : allergie, personnalité, religion, besoins d’accompagnement spécifiques (children with special needs), etc. Ainsi les enfants dys peuvent plus facilement bénéficier d’une intégration à l’école normale car les professeurs savent mieux appréhender et accompagner leur individualité. Ce n’est pas non plus le monde des Bisounours mais beaucoup de parents français apprécient l’attention particulière qui est portée à leur enfant en tant qu’individu.

Cette vision de l’éducation conduit logiquement l’école à proposer des parcours scolaires plus individualisés. Vous le verrez dès le collège (middle school) où les élèves peuvent composer leurs cursus académiques en choisissant parmi de nombreux cours optionnels qu’ils soient académiques, artistiques ou sportifs.

Le sport et les arts : des matières importantes

Le sport et les arts sont considérés par les américains comme des matières aussi nobles que les autres matières, que nous français qualifions souvent « d’intellectuelles ». Un esprit sain dans un corps sain, voilà bien une valeur américaine. Cause ou conséquence, de nombreuses bourses d’études sont basées sur les résultats sportifs ou les capacités artistiques des élèves. Alors au moment des réunions parents-profs (parents-teachers conference), des parents’ nights ou autres Open School Nights, ne manquez pas d’aller voir tous les profs !

Le système d’évaluation

En élémentaire vous recevrez chaque année 3 à 4 bulletins (report card) électroniques ou papier. Les notes de votre enfant iront de 1 à 4, 4 étant la plus élevée. Les professeurs indiquent par des commentaires l’appréciation qu’ils ont de leurs élèves.

En middle school les enfants découvrent des notations sur 100. Dans chaque matière ils obtiendront une moyenne sur 100 même si chaque test ou quizz (nombreux) peuvent avoir des systèmes de notation différents.

Au lycée les commentaires disparaissent et l’école utilise le système des grade points, c’est-à-dire des lettres associées à un signe + (positif) ou – (négatif). Une note est attribuée pour chaque matière suivie et les matières sont pondérées.

Équivalences de notations américaines

Notations à l'école américaine

Vous ne trouverez pas d’indication de la moyenne de la classe de votre enfant. Cela peut être décontenançant pour situer votre enfant mais cela peut aussi éviter des comparaisons néfastes.

Un GPA (Grade Point Average) est donné à chaque étudiant en fonction de la moyenne reçue dans chacune des matières étudiées au lycée. Pour en savoir plus, lisez l’article de Yasmine : Les grades ou notes.

La folie américaine pour intégrer LA bonne école

La réussite scolaire est un enjeu majeur pour les américains de CSP+. Dans les grandes villes des côtes est et ouest, la course à l’échalote commence dès la grossesse (si je vous jure !) pour savoir quelle preschool l’enfant va intégrer. Car de là dépendra son parcours vers la Elementary school jusqu’à la high school. Si vous ratez le créneau de la bonne école en début de parcours, il n’y a pas beaucoup de 2ème chance pour intégrer le success track plus tard. C’est pourquoi les parents américains de ces grandes villes sont prêts à dépenser beaucoup d’argent pour la scolarité et l’éducation de leurs enfants dès qu’ils sont jeunes.

De très nombreux parents font ainsi passer à leur tout-petit le test des écoles Gifted & Talented ou Academically and Intellectually Gifted, les appellations diffèrent selon les états. Si votre enfant obtient les meilleurs résultats, il pourra intégrer une de ces écoles publiques gratuites d’un niveau prestigieux. Toutes mes amies new-yorkaises ont fait passer le test à leurs enfants. Selon les États et les résultats de votre enfant par matière, il pourra même suivre certains de ses cours au niveau Talented, comme les maths mais pas l’anglais. Pour en savoir plus sur les programmes (TAG ou AIG) aux USA, consultez le site de la National Association for Gifted Children.

Et si vous ne trouvez pas ça encore assez fou, vous découvrirez que les enfants participent dès le berceau à toutes sortes d’activités artistiques, culturelles et sportives afin de présenter le meilleur dossier possible au moment des admissions aux écoles privées. Aux États-Unis, la compétition n’est pas taboue.

Le coût réel de la scolarité

Si vous pensez « Ouf, mes enfants iront à l’école publique » ou « On se serre la ceinture et on paie l’école privée », sachez que les coûts de scolarité ne s’arrêtent pas là. Ils ne font que commencer… En effet, toutes les écoles vont vous demander de donner et de contribuer aux finances de l’école : vente de gâteaux, book fairs et surtout le gala de charité pour lever des fonds, y compris dans certaines écoles publiques prestigieuses. C’est une tradition aux États-Unis, vous devez donner. Gare à ceux qui ne jouent pas le jeu, surtout en milieu privé lorsque l’école publie le rapport annuel de ses généreux donateurs nominativement. Tous les parents américains le savent et calculent leur budget avec donations.

Lorsqu’on a été habitué au système scolaire français, le choc culturel est important. Si vous n’êtes pas préparés vous pourrez avoir l’impression qu’on vous réclame de l’argent tout le temps. D’un autre côté, il y a une justesse à ces contributions libres car tous les élèves bénéficient en retour de la générosité des parents les plus fortunés à travers les dons qu’ils font à l’école. Tous les parents ne peuvent pas donner de l’argent mais les contributions peuvent prendre différentes formes : lire en classe, raconter votre métier, encadrer une sortie scolaire, s’investir dans le PTA (Parent-Teacher Association), etc.


Et pour ceux qui envisagent des études supérieures aux États-Unis, consultez notre dossier Quelle université choisir aux États-Unis et comment réussir son admission.

2 COMMENTAIRES

  1. Ces informations donnent un bon aperçu du système scolaire américain, mais il ne mentionne pas les écoles charters qui sont aussi excellentes et qui permettent d’offrir des curricula souvent intéressants (bilingue, STEAM, Art, musique, etc.). Par contre, je trouve que l’article donne trop d’emphase sur le cout des études primaires et secondaires qui sont en fait bien souvent gratuites. Je connais très peu de familles en écoles privées (c’est peut-être le cas dans les très grandes villes, mais surement pas dans les autres villes) et vraiment le cout n’entre pas en question, jusqu’à ce que les enfants aillent en universités, qui sont elles très chères mais aussi de très bonnes qualités. Il est tout à fait vrai que l’école représente une vraie petite communauté où l’on se fait souvent des amis.

    • Merci Frédérique ! Effectivement, nous parlons des charter schools dans l’article consacré au collège (middle shcool) mais ce n’est peut-être pas assez.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.