Beaucoup de parents sont inquiets à l’idée d’envoyer leur enfant en voyage linguistique sans passer par un organisme à cause du trajet qui se fera seul. Je les comprends, aujourd’hui on est habitué à pouvoir joindre nos enfants à tout moment et, en tant que maman de garçons de 12 ans, je suis la première à m’inquiéter quand je ne peux pas les géolocaliser!

Cependant les avantages à partir seul sont multiples (j’en ai déjà parlé longuement dans mes articles sur les summer camps et voyages linguistiques sans autre francophone), et il serait dommage de freiner cette envie d’aventure par manque de connaissance sur le sujet. Voici donc quelques infos pour lever vos doutes sur la possibilité de faire voyager votre enfant seul jusqu’à son camp de vacances.

1. Il est possible de voyager en avion en tant que mineur non accompagné, même s’il y a une correspondance

Chaque compagnie aérienne a ses propres règles sur l’âge et les obligations d’un mineur voyageant seul. Vous devrez donc consulter les compagnies que vous envisagez de choisir pour connaitre leurs conditions. Pour vous aider, vous trouverez ici les liens vers les pages utiles de nombreuses compagnies desservant notamment les Etats-Unis. Et concernant Air France et XL Airways, 2 compagnies que vous consulterez certainement si vous envoyez votre enfant aux USA, voici les services qu’elles proposent à ce jour, 18 avril 2018.

 

Un jeune part seul en séjour linguistique

En voyageant avec Air France :

  • Les enfants de 5 à 14 ans inclus doivent obligatoirement être enregistrés en tant que mineur non accompagné (UM – Unaccompanied Minor). Ils sont pris en charge par le personnel Air France et bénéficient du service Kids Solo gratuitement.
  • Les adolescents de 15 à 17 ans peuvent être pris en charge sur demande. Le service Kids Solo est facultatif et payant (tarif selon la distance) : entre 50 et 80 € par trajet pour un vol direct, et entre 75 et 100 € par trajet pour un voyage avec correspondance.
  • Si le trajet inclue des correspondances, votre enfant reste sous la vigilance constante du personnel Air France et est accueilli dans les espaces d’Air France. Lorsque la correspondance dure plus d’1 heure à Paris-Orly et plus de 2h30 à Paris-Charles de Gaulle, ils bénéficient même d’espaces spécialement aménagés : salle de repos, salle de jeux, dessins animés, jeux de société, babyfoot, magazines jeunesse, et un accès au Wi-Fi gratuit ainsi que des consoles Sony PS4 ou PS Vita… vous allez voir, ils vous redemanderont de partir seuls!
  • Et pour vous rassurer encore plus, Air France a créé une application pour suivre en temps réel les étapes de son trajet, que vous pouvez partager avec la personne qui l’attendra à l’arrivée.
  • Enfin, en cas de vol retardé ou annulé, votre enfant reste sous la surveillance constante du personnel Air France même si un hébergement est nécessaire. Et vous serez informé immédiatement des dispositions prises pour accompagner votre enfant tout au long du voyage.

Consultez le site Air France pour tous les détails sur ce service.

En voyageant avec XL Airways :

  • Le service UM (mineur non accompagné) est disponible pour les enfants âgés de 5 à 11 ans révolus sauf à bord des vols avec transit ou en correspondance. Cette option peut être achetée auprès du call center uniquement. La demande d’accompagnement doit être effectuée en même temps que la réservation de votre billet.
  • À partir de 12 ans, un enfant n’est plus considéré comme un jeune voyageur mais comme un adulte. Par conséquent, aucune assistance n’est incluse dans son billet mais la compagnie propose pour ceux qui le souhaitent une option d’accompagnement payante.

Pour plus d’informations et le numéro du call center, consultez le site de la compagnie ici.

2. La plupart des camp de vacances organisent le transfert depuis et jusqu’aux aéroports internationaux les plus proches.

Si votre enfant va participer à un summer camp, un séjour itinérant, aventure ou humanitaire, les organisateurs ont sans doute l’habitude de gérer les transferts aéroport. C’est le cas de tous les séjours que je conseille. Et pour les summer camps américains ou canadiens, même s’il y a très peu ou pas du tout d’autre francophone qui y participe, il y a peut-être d’autres étrangers et très probablement des américains ou canadiens qui viendront d’autres états. Donc pour faciliter les transferts au camp, les organisateurs vous donnent souvent une plage horaire à respecter (plus ou moins large, la flexibilité va souvent de pair avec le tarif du séjour!). Le transfert aéroport est souvent une option payante, surtout si la distance est de plus d’une heure, vous ajouterez alors entre 100 et 300$ pour l’aller-retour.

Le camp vous communique à l’avance le nom de la personne qui viendra chercher votre enfant. À l’arrivée, votre enfant débarque en général en dernier avec un membre de la compagnie aérienne qui l’accompagne dans la zone d’arrivée. Elle le remet à la personne que vous avez désignée pour l’accueillir, et celle-ci doit impérativement présenter une pièce d’identité avec sa photographie. Selon l’infrastructure de l’aéroport, l’enfant aura déjà récupéré son bagage ou le récupérera avec l’animateur qui le prendra en charge.

3. L’autorisation de sortie du territoire

Autre information à retenir : depuis janvier 2017, un enfant mineur qui vit en France et voyage à l’étranger seul ou sans être accompagné par l’un de ses parents doit être muni d’une autorisation de sortie du territoire (AST) accompagné de la photocopie d’une pièce d’identité du parent signataire. Vous pouvez télécharger l’autorisation sur le site Service-public.

En-dehors de cela, il faudra bien sûr penser aux mêmes démarches que pour une personne majeure : passeport en cours de validité au moins 6 mois après la date de retour, ESTA ou VISA selon la durée et le pays, et éventuellement d’autres formalités administratives propres au pays où votre enfant séjournera. Les organismes qui organisent le camp ou le séjour pourront vous aider là-dessus.

Bon voyage à tous les enfants qui ont le courage de partir seul en séjour linguistique, vous serez fiers de vous en revenant ! Et n’hésitez-pas à me demander des conseils si vous avez des doutes ou des craintes à ce sujet car cela vaut le coup de tenter l’aventure de l’immersion internationale réelle, celle où on ne se cache pas derrière les copains francophones du séjour!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.