Maintenir le bilinguisme des enfants après une expatriation

-

Vous avez passé de merveilleuses années à l’étranger et vos enfants sont devenus bilingues en anglais, en espagnol, en chinois ou encore en italien, bien que cette langue n’était pas parlée à la maison. Mais voilà, vous devez partir pour un nouveau pays ou rentrer en France, et cette langue risque de disparaitre de leur quotidien. Ce serait dommage qu’ils perdent leur aisance, leur bel accent ou pire qu’ils oublient tout ! Comment faire pour conserver le bilinguisme des enfants après une expatriation ?

Il existe de nombreux moyens pour maintenir et développer leur bilinguisme. Mais pour autant, cette route n’est pas un long fleuve tranquille. On fait le point sur les différentes options qui s’offrent à vous et on partage l’expérience de familles qui se sont saisies du sujet.

La règle des 25 heures pour rester bilingue

Le cerveau des enfants est pragmatique, il ne va pas s’encombrer d’une langue dont il ne sert plus, surtout chez les plus jeunes. Quand j’ai voulu parler avec mes enfants de 7 et 5 ans en anglais ou leur lire un livre, ils m’ont répondu : « Pas en anglais, ça ne sert plus à rien. Maintenant on doit parler espagnol. »

C’est ainsi que la langue de votre pays actuel va changer de statut : de langue majoritaire, elle va devenir langue minoritaire. Vous en avez justement fait l’expérience avec le français lorsqu’il était minoritaire. En tant que parent, notre challenge est donc de pouvoir faire bénéficier nos enfants d’une exposition « suffisante » à cette langue. Mais où mettre le curseur ?

Selon Fred Genesee, Professeur au Département de psychologie de l’Université McGill, pour apprendre une langue, un enfant doit y être « activement » exposé au moins 30% de son temps, ce qui équivaut à environ 25 heures par semaine, ou 3 ou 4h par jour.

On peut nuancer cette règle des 25 heures en fonction de la personnalité, de l’âge et de l’aisance de chaque enfant. Certains enfants auront besoin de moins, d’autres de beaucoup plus.

Il va donc falloir créer les conditions favorables pour que nos enfants aient une pratique active de la langue à conserver afin que cette langue ait un sens et une utilité pour eux. L’exposition passive qui serait basée sur l’écoute ne leur permettrait pas seule de développer le langage. Faisons ici la liste des moyens d’exposition active.

Le choix de l’école pour conserver le bilinguisme

A chaque changement de pays cette question est au centre de nos préoccupations. Vos enfants ont grandi dans un environnement bilingue et biculturel et vous voudriez qu’ils puissent bénéficier à nouveau d’un environnement ouvert à l’international, où ils puissent s’épanouir dans leurs deux langues. Peut-être étaient-ils déjà scolarisés dans une école bilingue. Mais quelle seront les options dans votre nouveau pays d’accueil, y compris en France ?

Les écoles en France

École normale, bilingue, internationale ? Publique ou privée ? Selon votre futur lieu de résidence, vous n’aurez peut-être pas le luxe du choix. Et si vous avez déjà vu des écoles aux tarifs prohibitifs, sachez qu’en France aussi la gamme peut être élevée.

Les parents d’enfants non scolarisés en système français sont souvent inquiets concernant l’admission de leur enfant à l’école, surtout si le français de leur enfant est fragile, notamment à l’écrit.

Le sujet du choix de l’école au retour en France étant conséquent, nous y avons consacré un article spécial « La scolarité en France après une expatriation : choix d’écoles, inscription, adaptation ». Vous y trouverez toutes les infos sur les différentes écoles bilingues ou non, leurs modalités d’inscription en fonction de la scolarité antérieure de vos enfants (en système français ou non), des retours d’expérience sur l’adaptation de ces TCK à leur nouvelle école et en bonus une liste d’écoles bilingues en Ile-de-France.

TémoignageAprès 7 ans en Australie, Mélanie et sa famille sont rentrés en France en 2019. « Nos aînés de 13 et 11 ans ont intégré une école en section britannique avec 7 heures d’anglais par semaine. C’est une chance car il y a très peu de places à Paris dans les écoles à section anglaise. Il y a une grande compétition avec le retour des nombreux expats dû au Brexit et au Covid. Notre plus jeune n’a malheureusement pas eu de place en CM1. Du coup il a pris des cours d’anglais en dehors de l’école. »

Une classe à l'école internationale Malherbe MIS
Crédit photo : école MIS

Les écoles à l’étranger

Si vous partez pour un nouveau pays dont la langue sera nouvelle pour vos enfants, il vous faudra explorer vos possibilités. Heureusement les nombreux groupes Facebook ou Whatsapp de parents expatriés pourront vous donner des infos concrètes et pratiques sur les écoles de votre nouvelle destination. Pour cela le groupe Expats Parents et ses 14000 membres sont une aide précieuse.

TémoignagePour conserver le bilinguisme de leurs enfants, Nathalie et son mari nous expliquent : « Lorsque nous sommes partis au Mexique, nous vivions à Munich et nous savions que cette expatriation ne durerait que 3 ans. Pour que les enfants ne se sentent pas perdus à notre retour en Allemagne, nous avons fait le choix de l’école Germano-Méxicaine puisqu’à la maison nous parlons français. »

La garde d’enfant bilingue pour l’intérêt de la langue et pour garder un bel accent

Si votre enfant est encore petit ou s’il ne sait pas encore lire et écrire dans la langue que vous souhaitez maintenir, la garde d’enfant bilingue peut faire des merveilles.

TémoignageRentrée en France il y a 2 ans, Marion a fait le choix d’une nounou bilingue. « À notre retour, les enfants avaient 9, 7 et 4 ans. Comme ils étaient habitués à l’espagnol du Mexique, différent de celui d’Espagne ou encore d’Argentine, je cherchais une jeune fille mexicaine pour les sorties d’école et les mercredis. Grâce au groupe Facebook des mexicains de ma ville (il doit en exister partout !), j’ai très facilement trouvé une étudiante mexicaine. Avec elle mes enfants parlent du pays qui leur manque, des lieux qu’ils ont en commun, fabriquent des tortillas ou célèbrent les fêtes nationales. Grâce à notre nounou ils ont pu développer une vraie connexion affective avec le pays et avec la langue. »

Pour ma part, quand j’étais à l’étranger j’ai cherché et trouvé mes nounous anglophones sur des sites internet ou des groupes Facebook locaux. Ma fille commençait tout juste à parler dans les 2 langues lorsque nous sommes partis de New York alors que mon ainé avait débuté l’apprentissage de la lecture et de l’écriture en anglais. Les nounous ont permis à mes plus grands de maintenir leur bilinguisme en anglais, et à ma fille de l’apprendre tout simplement.

Une petite fille fait un puzzle avec sa nounou

Info à noterNounou, au-pair, garde à temps complet ou en sortie d’école, nous avons répertorié de nombreuses agences, sites internet et bons plans valables en France et à l’étranger. Consultez notre page dédiée à la garde d’enfant bilingue.

Les cours de langue après l’école

Lorsqu’Anne est rentrée de New York l’année dernière avec ses filles en 3ème et en 6ème, elle n’a pas trouvé d’établissement bilingue correspondant à ses critères pour les accueillir. Alors pour maintenir le bilinguisme de leurs filles, Anne et son mari ont fait le choix de l’école française avec cours d’anglais en complément. « Mes filles sont inscrites au British Council en programme bilingue à raison de 3 heures par semaine le samedi matin avec pour objectif, à terme, de passer les examens de Cambridge pour valider un niveau reconnu en Europe notamment. », explique-t-elle.

Mélanie non plus n’a pas trouvé d’école bilingue pour son plus jeune. « Il a commencé par prendre quelques cours dans une école d’anglais à Paris mais les enfants de son niveau avaient 5 ans de plus que lui et les niveaux étaient très inégaux dans une même classe. Nous avons ensuite opté pour des cours particuliers en choisissant un professeur anglophone australien à raison de 3 heures de cours par semaine. »

Pour ma part, à notre retour en France, nous avons trouvé un collège avec une option anglais bilingue pour notre aîné mais pas d’école bilingue, dans nos moyens ou à proximité, pour les plus jeunes. Pour travailler la lecture et l’écriture mais aussi pour parler avec d’autres enfants bilingues, ils sont inscrits à des cours d’anglais bilingue en petits groupes à l’institut de la Tour à Paris. Pendant 2h30 les mercredis, 2 professeurs anglophones leur donnent des cours d’anglais académiques et d’arts, et ils ont aussi du temps pour jouer avec les autres enfants.

Info à noterPour trouver des cours ou des ateliers de langue pour enfant en France, consultez notre rubrique dédiée.

Une nounou de My English Sister joue en anglais avec une enfant
Crédit Photo : My English Sister

La lecture et l’écriture

L’apprentissage de la lecture puis de l’écriture sont des étapes fondamentales dans la maitrise d’une langue car ces apprentissages gravent en profondeur une langue dans notre cerveau. La lecture permet également d’accéder à un univers culturel propre à la langue employée. Chaque livre plonge son lecteur dans un monde culturel. C’est un moyen de connexion formidable quand on est physiquement loin.

Pour vous en parler, nous avons fait appel à une passionnée dont la mission est de transmettre le goût de la lecture et de l’écriture aux enfants : Catherine Allibert. Dans son article « La lecture, outil indispensable pour conserver le bilinguisme des enfants« , elle partage son expérience, ses astuces et ses conseils.

La télé, les applis, la radio, les podcasts

Comme le disait Philippe Meyer sur France Inter « Nous vivons une époque moderne ». Accéder à du contenu dans une langue étrangère est devenu très simple.

Vous trouverez des films et des séries en version originale avec Netflix, Disney+, les sites de streaming, de VOD, etc. Sur les chaines françaises, de nombreux films sont proposés avec l’option VO (version originale). Mes enfants ont toujours regardé la télé en anglais et continuent aujourd’hui, même si mon fils m’explique que ce n’est pas toujours pratique pour parler des pokemon avec ses copains à la récré car il ne connait leurs noms qu’en anglais !

La radio et les podcasts sont aussi d’excellents moyens pour garder le lien avec la culture de votre pays tout en gardant l’oreille. En quelques clics, vos enfants pourront à nouveau écouter en boucle « The wheels on the bus ».

Il existe également de nombreuses applis éducatives pour maintenir le bilinguisme des enfants à tous les âges.

Info à noterPili Pop, Holy Owly, Easy Peasy, AB the monkey… découvrez des applis pour apprendre tout en s’amusant sur notre page spéciale Appli et jeux.

La correspondance avec les amis

Quoi de mieux pour l’intérêt et le plaisir de la langue que d’avoir un ou une amie à qui parler. Si vos ados continuent à se connecter avec leurs amis via les réseaux sociaux notamment, ce n’est pas la même chose pour les plus jeunes pour qui la correspondance n’est pas toujours viable sur le long terme.

Il est plus difficile pour les jeunes enfants d’entretenir des relations à distance. S’ils ont l’habitude de parler en viso ou par téléphone, les plus jeunes ne savent pas forcément de quoi parler avec leurs amis restés sur place. Les enfants sont plus dans le partage du moment présent et on constate que les sujets de conversation manquent rapidement. C’est aussi pour cette raison que créer et faire vivre des groupes online de conversation n’est pas chose aisée, les enfants ayant besoin de voir et de se connecter en présentiel.

TémoignageSuzel et sa famille ont passé 6 ans à Austin, Texas. Pour leur fille aînée, l’anglais était sa première langue bien que les 2 parents soient francophones. Suzel raconte : « La première année après notre départ, Laly (7 ans) téléphonait beaucoup à ses amies américaines et leur écrivait de temps en temps. Nous sommes revenus quelques fois les voir à Austin. Mais après 2 ans, les échanges étaient beaucoup moins fréquents, voire se sont taris. Finalement c’est grâce aux jeux vidéos en ligne qu’elle a pratiqué son anglais car elle jouait sur le créneau horaire américain. »

Des amis d'enfance bilingues

Les voyages

Se retrouver à nouveau en immersion linguistique et culturelle est un véritable bain de jouvence pour les enfants bilingues. Quel plaisir de retrouver son ancien pays en famille ou avec les copains. Mais pour différentes raisons, souvent de distance et de coût, on ne peut y aller régulièrement. Heureusement pour certaines langues, il y a plusieurs pays où on les parle et certains sont peut-être plus accessibles.

Il est également possible d’envoyer les enfants en séjour seuls pendant quelques semaines. Leurs besoins ne seront pas les mêmes que ceux des enfants qui partent en séjour linguistique pour apprendre une langue, ainsi ils pourront plus facilement fréquenter des camps de vacances de locaux, favorisant une immersion totale.

Info à noterJe vous invite à consulter notre guide des Summer Camps et à lire nos avis sur les différents organismes d’échanges et de séjours à l’étranger.

Les conseils des familles qui s’efforcent de maintenir le bilinguisme de leurs enfants

Pour Mélanie, « La façon la plus facile de maintenir l’anglais c’est d’avoir son enfant dans une école bilingue ou une section britannique. Si on n’a pas de place, les cours particuliers d’anglais, la lecture, les voyages linguistiques. »

Pour Anne, maintenir le bilinguisme de ses enfants « C’est un combat, il faut vraiment s’investir, être actif pour maintenir l’anglais alors que la confrontation à la langue se faisait naturellement, sans effort, dans le pays d’expatriation. »

Marion conseille « Il faut essayer de garder la langue dès le 1er jour du retour en France et chercher des moyens ludiques pour que les enfants continuent de trouver tout à fait naturel et facile de parler une autre langue que leur langue maternelle. »

Devenir Bilingue soutient tous les parents qui s’efforcent de conserver le bilinguisme de leurs enfants. Nous savons que c’est une tâche difficile et que le découragement guette à chaque moment. Pour vous aider concrètement, nous avons créé les newsletters « Coup de pouce«  où vous trouverez de nouvelles idées et une nouvelle dose de motivation ! Le bilinguisme est une chance merveilleuse pour les enfants, courage !

2 COMMENTAIRES

  1. Merci pour ce partage d’expériences très intéressant. Chez nous les enfants n’aiment pas trop la lecture mais on leur fait écouter des audiobooks pour qu’ils découvrent des livres et continuent à entendre l’anglais qu’ils ont appris à l’étranger.

    • C’est une bonne idée, d’autant plus qu’il existe aujourd’hui de nombreux audiobooks en anglais, pour tous les âges. On en trouve sur iTunes ou Amazon, mais aussi sur des plateformes gratuites comme Librivox ou Booksshouldbefree. Pour les enfants et jeunes adultes, ces dernières donnent accès à des dizaines de titres en anglais, dont beaucoup de classiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez ici votre commentaire
Ecrivez votre nom ici

Que cherchez-vous ?

Restons connectés

Nos guides pratiques

Apprendre une langue aux enfants à domicile