Pour beaucoup de parents il y a mille raisons de s’interroger sur le développement du langage de leurs enfants, en particulier s’ils grandissent dans un environnement bilingue ou multilingue, c’est-à-dire s’ils sont exposés quotidiennement à plusieurs langues, même sans forcément les maîtriser parfaitement toutes.

Pourquoi notre benjamin ne parle-t-il quasiment pas à 2 ans alors que sa sœur s’exprimait déjà par des phrases complètes ? Est-il normal qu’à 4 ans passés, ma fille ne prononce pas correctement certains phonèmes ? Certes, nous savons que chaque enfant est unique dans son développement, mais il est parfois difficile de ne pas faire de comparaisons, et surtout de ne pas s’inquiéter…

Dans quels cas les spécialistes parlent-ils de troubles du langage ? Quelles sont les particularités du développement du langage chez les enfants bilingues ?

Nous vous proposons d’étudier les effets du bilinguisme sur l’apprentissage de la parole, et de faire le point sur les particularités des enfants bilingues, en distinguant les évolutions normales des signes qui doivent nous alerter.

Enfant bilingue

1- La parole, le langage et leurs troubles

Le langage est la capacité à acquérir et à utiliser un système de communication complexe, impliquant la signification des mots, la manière de composer de nouveaux mots, de les associer dans une phrase, ou de choisir un niveau de langage dans une situation donnée par exemple.

La parole correspond quant à elle à la production et à l’articulation de sons corrects, de manière fluide et sans hésitation ou bégaiement.

Ainsi, un enfant souffrant d’un trouble du langage aura des difficultés à comprendre les autres et à exprimer ses idées et sentiments, alors qu’un enfant atteint d’un trouble de la parole pourra prononcer de manière incorrecte certains phonèmes ou zézayer par exemple. Des troubles plus graves peuvent aller jusqu’à l’absence d’expression verbale, ou mutisme.

Pour en savoir plus, vous pouvez télécharger gratuitement les fiches explicatives ci-dessous (1 page) créées par la Fédération Nationale des Orthophonistes.

Bilinguisme - Fiche Repères sur les troubles de la paroleBilinguisme - Fiche Repères sur les troubles du langage

2- Bilinguisme et développement du langage au cours de la petite enfance.

Le bilinguisme NE cause PAS de retard dans l’acquisition du langage

Il existe une grande variabilité individuelle dans la mise en place du langage chez les enfants. Contrairement aux idées reçues, un enfant exposé à plusieurs langues commence à parler en moyenne au même âge qu’un enfant monolingue. Les enfants bilingues connaîtront parfois moins de vocabulaire dans chaque langue qu’un enfant n’en parlant qu’une, mais la totalité des mots connus par cet enfant dans les 2 langues sera égale voire supérieure au répertoire d’un enfant monolingue du même âge. Des études scientifiques démontrent que le cerveau des jeunes enfants est prédisposé à l’apprentissage de plusieurs langues !

Avis, TémoignagesSi vous voulez en savoir plus, notamment si vous vous demandez combien de langues un enfant peut apprendre sans que ce soit contre-productif, vous pouvez regarder sur YouTube cette interview de psycholinguistes et d’un professeur dans une école où l’on apprend plusieurs langues à la fois.

L’acquisition de la capacité à s’exprimer chez l’enfant bilingue

Si votre enfant commence l’apprentissage d’une seconde langue après l’âge de 3 ans, il peut se passer un certain temps avant qu’il ne commence à s’exprimer dans cette langue. Cette “période silencieuse” ne signifie pas du tout que la nouvelle langue n’est pas comprise, mais la plupart des enfants ont besoin de plusieurs semaines, voire plusieurs mois, pour intégrer les nouvelles informations et les mettre en pratique avec confiance.

Vous pouvez également avoir l’impression que votre enfant mélange les 2 langues, associant dans une même phrase des termes en français et d’autres dans son autre langue maternelle. Ne vous inquiétez pas, ce phénomène, appelé “code switching”, est tout-à-fait naturel et votre enfant sait parfaitement quels termes sont français et lesquels sont de l’autre langue. Si vous êtes vous-même bilingue, vous pratiquez certainement le code switching, employant le premier mot qui vous vient en tête, ou celui qui vous paraît le plus approprié pour décrire précisément une idée.

Groupe d'enfants bilingues dans une classe

Dans une certaine mesure, les erreurs grammaticales ne doivent pas trop vous inquiéter, tant que vous constatez une tendance globale à l’amélioration. Les règles de grammaire étant différentes, il faut parfois un certain temps pour assimiler certaines constructions syntaxiques, et pour se rappeler de manière fiable quelle préposition utiliser avec tel ou tel verbe !

Enfin, vous pouvez penser que votre enfant perd du vocabulaire dans l’une des deux langues. Idéalement, pour progresser au même rythme dans les deux langues, il faut les entendre et les pratiquer de manière équivalente, ce qui est rarement le cas. Logiquement votre enfant progressera davantage dans la maîtrise de la langue qu’il entend et parle le plus.

Quelques conseils pour accompagner votre enfant bilingue

Les compétences langagières se construisent par une exposition et une pratique régulière. Si vous êtes expatrié, n’hésitez pas à parler autant que possible à votre enfant dans votre langue maternelle, et ce dès sa naissance ; lisez, chantez, jouez ensemble afin de créer un renforcement positif autour de votre langue natale, ce qui en rendra l’apprentissage d’autant plus rapide et agréable.

Vous avez peut-être entendu qu’il fallait absolument qu’un adulte se limite à une seule langue afin de ne pas créer de confusion chez l’enfant ; très souvent ce n’est pas possible et cela n’est vraiment pas un problème. Cependant, il peut être utile de choisir une stratégie et de vous y tenir, par exemple :

  • Associer une langue avec une personne : chaque parent parle sa propre langue maternelle. Cette stratégie est plus connue sous son acronyme anglais OPOL : One Parent One Language.
  • Associer une langue avec un endroit : par exemple le français parlé à la maison et l’anglais à l’école et pour les activités.
  • Associer une langue avec une activité : par exemple les repas en français, les jeux en espagnol…

3- Les signes qui doivent nous inciter à consulter un orthophoniste

Si à l’âge de 18 mois / 2 ans, votre enfant ne semble pas comprendre lorsque vous vous adressez à lui, ne répond pas à son prénom, ne parle pas du tout ou s’exprime de manière totalement incompréhensible, il est conseillé d’effectuer un bilan avec un orthophoniste. Un enfant entre 3 et 5 ans qui prononce certains phonèmes de manière incorrecte, ou qui bégaie par exemple, pourra aussi être vu par un spécialiste. Si votre enfant est bilingue, les difficultés se manifesteront dans les 2 langues.

Epingle - à noter !Une fiche donnant des repères quant au développement attendu de la parole et du langage a été développée par la Fédération Nationale des Orthophonistes. En collaboration avec cette Fédération, le ministère des Affaires Sociales et de la Santé a également publié cette affiche de prévention à l’attention des parents, indiquant les questions à se poser à chaque âge (cliquez sur les images pour les télécharger).

Enfant bilingue - Fiche repères sur l'évolution du langageEvaluer les troubles du langage liés à chaque âgeEn cas de doute, un orthophoniste (“speech-language therapist” si vous êtes dans un pays anglophone) pourra procéder à une évaluation complète de l’enfant, et le cas échéant proposer une thérapie.

4- L’enfant bilingue souffrant d’un trouble du langage

Si votre enfant est atteint d’un trouble du langage, il faut absolument continuer à lui parler dans votre langue maternelle. En effet, tout d’abord le bilinguisme n’est pas la cause des troubles (ils ont en général une origine génétique, résultant en une structure cérébrale légèrement différente). De plus, la langue que vous lui avez toujours parlée est fortement associée à des images émotionnelles positives chez votre enfant, et cela peut lui être nuisible de l’abandonner.

Pour aider votre enfant, le plus efficace est de structurer le cadre de son bilinguisme, en adoptant l’une des stratégies présentées ci-dessus par exemple.

5- Orthophonie et troubles de l’apprentissage

Les troubles de l’apprentissage sont des difficultés observées dans la maîtrise de la lecture, de l’écriture, de l’orthographe ou de la mémorisation, qui n’ont rien à voir avec les facultés intellectuelles d’un enfant.

Le plus connu est la dyslexie, elle correspond à des difficultés de lecture mais est très souvent associée à d’autres troubles d’écriture/compréhension ou du langage.

Ces troubles sont le plus souvent diagnostiqués à l’école élémentaire. Les signes suivants conduiront un professeur ou un orthophoniste à conseiller un bilan complet pour l’enfant :
– des difficultés à établir une correspondance entre lettres et sons,
– un mélange dans l’ordre des lettres dans les mots,
– un mélange des nombres dans les calculs en mathématiques,
– des difficultés à comprendre ou à suivre des consignes,
– des difficultés de mémorisation (des lettres de l’alphabet, des tables de multiplication, etc.).

A noterPour en savoir plus sur les troubles dys, les troubles de l’attention ou ceux liés à une précocité intellectuelle, vous pouvez télécharger ce guide pratique créé par la Société Française de Pédiatrie : « Difficultés et troubles des apprentissages chez l’enfant à partir de 5 ans ».

Lorsqu’une origine sensorielle, neurologique ou médicale des troubles est écartée suite à ce premier bilan, une investigation est menée par une équipe de professionnels : ergothérapeute, psychologue, orthophoniste, psychologue ou psychiatre, psychomotricien, kinésithérapeute et neuropsychologue, afin de proposer un diagnostic et surtout un projet de prise en charge sur les plans thérapeutiques et pédagogiques.
Pour en savoir plus, l’Inserm vous propose sur son site un dossier sur ces troubles des apprentissages.

Des séances d’orthophonie pourront ainsi aider l’enfant à surmonter les difficultés, conjointement à un aménagement des apprentissages et situations d’évaluation, mis en place à l’école. L’orthophoniste est en effet également formé pour prendre en charge les suivis de ces troubles de l’apprentissage. Là encore, les troubles ne sont pas liés au bilinguisme, et se manifesteront dans les 2 langues. Des associations comme celle de l’APEDA (association rassemblant des professionnels et parents d’enfants dyslexiques) peuvent vous conseiller et vous soutenir dans l’accompagnement de votre enfant.

Nous remercions chaleureusement Aodrenn Guyodo, orthophoniste française proposant des consultations à domicile sur New York City, pour nous avoir fourni de nombreuses ressources et précisions, ainsi que l’association APEDA NY.


APEDA NY est une association destinée à aider les parents francophones, installés dans la région de New York, ayant des enfants avec un ou plusieurs troubles des apprentissages. Que ce soit des troubles tels que la dyslexie, la dyspraxie, dyscalculie, dysphasie, dysorthographie, une précocité intellectuelle ou toute autre particularité. N’hésitez pas à prendre contact avec eux si vous désirez davantage de renseignements, si vous voulez les aider ou devenir membre.

Sources :
http://www.asha.org/public/speech/disorders/LBLD.htm
https://www.frenchspeechtherapy.com/orthophonie-et-bilinguisme
http://apedany.weebly.com/
http://www.apeda-france.com/spip.php?article6
http://social-sante.gouv.fr/prevention-en-sante/sante-des-populations/enfants/article/les-troubles-du-langage-et-des-apprentissages

Laisser un commentaire