Notre expérience en école bilingue australienne

-

Vous aimeriez avoir un avant-goût d’une expatriation en famille en Australie ? Le récit de Mélanie, qui y vit depuis 2 ans avec son mari et ses 2 enfants, vous aidera à vous projeter en terme de scolarité dans une école bilingue australienne. Voici ses réponses à nos questions.

Peux-tu nous présenter ta famille et votre envie de vivre ailleurs ?

Nous sommes une famille avec deux garçons qui ont aujourd’hui 9 ans et 11 ans. Nous avons décidé de partir vivre notre « aventure australienne » il y a 2 ans maintenant.
C’était une grande décision pour nous : première expatriation et une envie folle de faire découvrir à nos enfants une autre culture, l’apprentissage de l’anglais bien évidemment pour leur donner cet atout, mais nous avions aussi l’envie d’une nouvelle approche de l’éducation scolaire, différente du système scolaire français.

Vos enfants parlaient-ils anglais avant de partir ?

Lorsque nous sommes arrivés en Australie, mes enfants avaient 7 ans et 9 ans. Nous avons quitté la France mi-novembre, ils avaient donc fait un 1er trimestre en France, respectivement en CE1 et CM1.

Nous avons atterri à Melbourne, et mes enfants ne parlaient absolument pas anglais ! ils n’avaient que de vagues notions. Ils connaissaient uniquement que ce qu’ils avaient pu apprendre à l’école, donc des connaissances extrêmement basiques comme le nom des couleurs, les jours de la semaine, les mois ou les saisons. Et ils avaient appris 2 ou 3 phrases très simples pour dire leur nom, leur âge et leurs sports ou jeux favoris par exemple.

Quel était le processus d’admission à l’école de vos enfants ?

Lorsque je me suis renseignée sur les écoles de Melbourne, notre choix a été évident. L’école bilingue de Melbourne, le Caulfield Junior College, répondait parfaitement à nos attentes : une transition en douceur, avec l’apprentissage de l’anglais et le maintien du français que je souhaite qu’ils conservent.

Une fois le choix de l’école fait, nous avons suivi le process d’inscription. Nous avons transmis les dossiers scolaires français de chacun des enfants, les justificatifs de vaccination, etc… Et ils ont chacun passé un entretien par Skype avec la directrice de la section française de l’école.
Cet entretien, uniquement en français, consistait en une série de questions d’ordre générale pour appréhender la capacité des enfants a s’exprimer. Il leur a aussi été demandé de réciter un poème, et enfin de faire la description détaillée d’une photo ou d’une image choisie par eux mêmes.

Comme il faut habiter dans la « zone » de l’école, correspondant à un secteur très précis, nous avons dû rechercher un logement dans ce quartier quand nous avons eu la réponse positive de leur admission.

Comment se passent les cours dans cette école ?

L’école en Australie commence à 9h le matin et se termine à 3h30 l’après-midi, pour laisser une grande place aux activités sportives ou autres.

L’organisation de l’école est basée sur un enseignement à 50% en anglais et 50% en français, ce qui se concrétise par 1 jour en français et 1 jour en anglais sur les 5 jours de la semaine. Les professeurs alternent donc chaque jour, ils travaillent en binôme pour assurer une cohérence dans l’enseignement.

Comment s’est passé leur intégration ?

Avec un jour sur deux en anglais, les élèvent qui arrivent dans cette école bénéficient d’une immersion en douceur, et ils continuent l’apprentissage du français de façon sérieuse.

Ce qui est très appréciable également c’est que toute l’équipe pédagogique a l’habitude d’accueillir des enfants complètement nouveaux, avec aucun repère du pays ou de la façon d’enseigner, et cela permet d’accélérer l’intégration.

2 enfants expatriés qui vivent l'expérience de l'école australienne
Australia Day, le 26 janvier, est la fête nationale australienne.

Qu’apprécies-tu dans l’approche pédagogique de l’école australienne ?

Pour ma part je trouve que le système français est très normatif. Alors qu’à l’inverse, le système australien prend en compte la maturité de l’enfant et son bien-être. Si un enfant a des difficultés en classe, ou à l’inverse s’il est en avance, les enseignants australiens vont naturellement proposer une variante du programme pour l’adapter au développement de l’enfant. Cela fait des enfants heureux d’apprendre et d’aller à l’école.

Les maths sont également abordées de façon beaucoup plus ludique en Australie. Les élèves ont des exercices sous forme de jeux à faire sur un iPad ou un ordinateur, ils apprennent les notions mathématiques sous forme d’activités ludiques, qui leur donnent des points et des récompenses comme l’accès à des niveaux de jeux supérieurs.

Dans la façon d’enseigner en Australie, une grande place est laissée à l’autonomie de l’enfant, a contrario de la France. Ici lorsqu’un enfant a terminé ce qu’il doit faire, il a le droit de se lever, d’aller chercher un livre, de dessiner etc…

Les élèves s’expriment aussi plus librement. Ils travaillent beaucoup sous forme de projets à 2 ou à plusieurs et apprennent dès les petites classes à parler et à présenter leurs projets devant toute la classe.

Quelles sont les différences culturelles les plus marquantes ?

Tous les élèves portent des uniformes aux couleurs de leur école. Tous les lundis matins, la semaine commence par une assemblée qui réunit toute l’école, pendant laquelle le proviseur, les enseignants et les élèves partagent des informations. Chaque assemblée commence par l’hymne national australien chanté par toute l’école, puis par la Marseillaise à l’école bilingue.

Si vous voulez savoir ce qui nous manque le plus par rapport à l’école en France… c’est la cantine ! En Australie les élèves partent chaque matin avec leur lunchbox comprenant un petit snack pour une pause vers 11h et leur déjeuner qu’ils avalent en 10 minutes à 13h avant de sortir jouer. C’est un vrai casse-tête pour les parents et pour les enfants.

La vie en Australie est idéale pour vivre en famille avec des enfants, petits ou grands ! les Aussies aiment vivre proches de la nature, ils sont soucieux de vivre dans un monde harmonieux dans lequel les hommes, les animaux et la nature cohabitent et communiquent librement.

Chaque week-end nous partons à l’aventure, à l’assaut des vagues pour apprendre à surfer ou à la découverte des animaux sauvages, des kangourous, des oppossums et même des koalas. Il y a de très nombreux parcs dans les villes australiennes et Melbourne ne fait pas exception à cette règle. Ces parcs sont le paradis de très nombreux oiseaux comme des perroquets multicolores (les loriquets) ou des cacatoès qui volent d’arbres en arbres et que nous ne nous lassons pas d’admirer.

Des expatriés en Australie découvrent un cacatoèsUn panneau avec un koala découvert par des enfants en expatriation en Australie

Si vous aimez les grands (même très grands) espaces, le bon vin, le surf et la « no worries » attitude, alors comme nous, la vie « down under » ne cessera de vous enchanter !

Merci Mélanie pour ce partage d’expérience, nous vous souhaitons plein d’autres belles découvertes en famille dans ce pays incroyable où beaucoup d’entre nous rêvent d’aller (moi en particulier…).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez ici votre commentaire
Ecrivez votre nom ici

Restons connectés

Nos guides pratiques

La sélection du moment

Que cherchez-vous ?