Accueil » Séjours longue durée » Etudier à l'étranger » Les financements et bourses d’études pour étudier aux Etats-Unis

Les financements et bourses d’études pour étudier aux Etats-Unis

Scholarships iconesCet article fait suite à celui qui vous présentait les programmes et les possibilités pour étudier quelques mois ou quelques années dans une université américaine. Parlons maintenant du financement car bien sûr, ce n’est pas une mince affaire et c’est ce qui peut rendre inaccessible ce rêve américain pour beaucoup d’étudiants.

Concernant les cours à la carte, c’est plutôt accessible : compter entre 500 et 900 $ le cours sachant qu’un cours correspond à 4 à 8 sessions de 1,5h à 4h. Pas de frais de scolarité à ajouter. On peut même se faire rembourser après le 1er ou le 2e cours si on n’est pas satisfait (normalement ça n’arrive pas, mais c’est toujours bon à savoir).

Pour le Bachelor et le Master, il y a un peu de travail pour comprendre comment bénéficier des aides, mais plusieurs sont disponibles. Si on peut se dispenser de payer 15 000 ou 20 000 $ le semestre et/ou se dispenser des frais annexes (par exemple le logement), autant faire un petit effort !

1 – Le service sur campus

  • Pour économiser sur le logement : nombre d’universités offrent la possibilité de vivre dans une maison à thème culturel, type maison française, maison japonaise, maison allemande, etc. Sur le principe, l’étudiant vit dans une maison qu’il partage avec 5 ou 6 autres étudiants, et il s’occupe d’assurer avec ces derniers des activités culturelles, des permanences ou des cours de langues à destination de la communauté d’étudiants issus du même pays ou les autres étudiants curieux de découvrir une nouvelle culture. Cela représente environ 10h à 15h de travail par semaine, et c’est assez flexible selon les emplois du temps respectifs des habitants de la maison. En échange, pas de loyer à payer (ou une somme dérisoire).
  • Pour avoir un salaire : les étudiants étrangers peuvent travailler sur le campus, à raison de 20h à 25h par semaine, et gagner un salaire en contrepartie, qui devrait déjà couvrir le tiers des frais de scolarité. Le champ des possibles est ouvert : être assistant de langues, être assistant de recherche pour un professeur en particulier, assurer des tâches administratives (bureau des inscriptions, de la vie scolaire, des affaires financières, etc.), assurer la qualité de vie sur le campus (restaurants, jardins, radio, etc.). Les étudiants qui travaillent sur le campus obtiennent aussi souvent des petits coups de pouce sur les frais de scolarité ou de logement.

2 – Les bourses et aides financières

Vous pouvez trouver des aides en France :

  • La région : mon mari a par exemple bénéficié de 6 000 € de la part du Conseil Régional de sa région pour financer son semestre d’études aux Etats-Unis.
  • Les associations : certaines associations comme le Rotary promeuvent également la mobilité des jeunes étudiants qui se destinent à des études portant sur l’environnement, la santé, la scène internationale, etc. ou qui démontrent des talents de haute volée (ex. musique).
  • Fulbright : la bourse Fulbright, bien qu’assez sélective, est également une option : elle est accordée aux étudiants de niveau Bachelor pour des séminaires d’été, et aux étudiants de niveau Master pour des séjours d’1 an ou des cycles complets (les frais de scolarité sont alors financés dans leur intégralité !).

Vous pouvez également trouver des aides aux Etats-Unis :

  • La bourse d’excellence : principalement accordée aux étudiants de niveau Master, cette bourse est disponible dans certaines universités pour les étudiants étrangers qui ont démontré d’excellents résultats académiques dans leur pays d’origine. Le montant et les conditions peuvent varier, mais par exemple dans mon cas, j’ai obtenu la prise en charge de l’ensemble de mes frais de scolarité pour 1 an sans contrepartie. Même chose l’année suivante, à condition d’assurer des cours de langue (et j’ai eu un salaire en plus de ma bourse !).
  • Les fondations : trouver une fondation privée qui accorde une bourse est quasiment impossible par soi-même, par contre, le personnel administratif des universités peut vous aider bien en amont de votre inscription. Un grand-oncle héros de guerre ? il y a peut-être une bourse pour vous. Femme et issue d’une minorité ? il y a peut-être une bourse pour vous. Musicien de haut niveau ou passionné du Moyen-Âge ? il y a peut-être une bourse pour vous. C’est vrai que souvent ces bourses sont réservées aux Américains, mais il y a régulièrement des exceptions. Ne pas hésiter donc à contacter l’université en amont pour voir si vous êtes éligible.
  • Les bourses aux travaux : certaines universités ou fondations proposent des bourses ponctuelles pour la réalisation de travaux. Il s’agit pendant l’année de soumettre un article universitaire, et le (ou les) heureux lauréat(s) récolte(nt) une petite somme bien agréable. Pour ma part, j’ai gagné un prix de 1000 $ avec un essai rédigé pour le département de mon université. On peut envisager de participer à plusieurs concours de ce type dans l’année.

3 – Les partenariats entre écoles et universités

  • Depuis les États-Unis : si vous êtes malin, vous pouvez trouver un Master américain qui garantit 1 semestre à l’étranger. Auquel cas, si vous trouvez un établissement en Europe par exemple qui propose des frais de scolarité dérisoires, vous validez quand même vos crédits pour votre Master américain, mais au prix européen (il y aura quand même des frais liés au maintien de l’inscription dans le programme américain, mais au moins vous ne paierez pas les quelques 3000 $ additionnels par cours !).
  • Depuis la France : c’est sans doute enfoncer une porte ouverte, mais votre école ou votre université propose peut-être des échanges universitaires accompagnés d’une aide financière (cela dit, pour les États-Unis, peu de chance que ça couvre l’ensemble des frais…)

Cet article vous a aidé? Partagez en commentaire vos témoignages sur les aides que vous avez obtenues ou les difficultés que vous avez rencontrées. La suite de ce dossier porte sur le choix d’une université et les recommandations pour préparer son dossier.

Portrait Anne Lise Bighinatti
Article rédigé par Anne-Lise Bighinatti, CEO TradeSherpa.

Looking to expand to, or revamp operations in the USA? TradeSherpa is your smart companion to US expansion.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*