Quel que soit l’âge de votre enfant, la rentrée des classes est le moment idéal pour mettre en place de bonnes habitudes, pour l’année scolaire qui commence comme à plus long terme. Et si vous souhaitez qu’il consacre du temps qualitatif à l’apprentissage du français, en plus de l’école et de ses activités, alors une bonne organisation sera indispensable.

Stressé ou zen, scolaire ou intuitif, nous vous proposons quelques conseils pour aider votre enfant à organiser son temps de travail pour acquérir de bons réflexes dès le premier trimestre, quel que soit son profil !

Dessin repésentant l'école, le temps de travail, les apprentissages

Construire ensemble un emploi du temps pour le travail personnel et les loisirs

L’implication de votre enfant dans la construction de son emploi du temps est pour moi indispensable pour créer l’environnement favorable lui qui permettra de tout faire et, si possible dans la bonne humeur ! Le faire participer activement à la gestion de son temps lui permettra de se sentir écouté et valorisé : son opinion compte, même s’il est encore petit. En vous mettant d’accord sur l’emploi du temps, vous bâtissez un sorte de contrat entre vous et votre enfant. Ce dernier aura davantage envie de le respecter qu’il y aura pris part. A l’inverse, le calendrier imposé a beaucoup moins de chance d’être suivi, voire deviendra source de conflits.

Pour les enfants à l’école élémentaire

Pour être sûr que tout ce que vous souhaitez faire ait sa place, préparez un emploi du temps dans lequel figureront les créneaux réservés aux devoirs donnés par l’école et d’autres que vous souhaiteriez consacrer au français. Ces moments seront étalés sur les fins de journée et le week-end. N’oubliez pas y d’ajouter des plages de loisirs afin que votre enfant n’y voit pas que du travail mais un bon équilibre entre études et loisirs. Personnellement, j’y même inscris les temps d’écran pour souliner l’ensemble des loisirs 😉

La durée du travail personnel reste très variable d’un enfant à l’autre et augmente progressivement au fur et à mesure des années, n’hésitez donc pas à demander conseils aux professeurs ou aux tuteurs. Par ailleurs, dès que les enseignants commencent à donner le travail en avance (une semaine ou même plus pour les projets type exposés), expliquez à votre enfant comment répartir la charge de travail selon les activités prévues, le week-end et en semaine, et rappelez lui qu’un devoir non prévu peut toujours être rajouté du jour au lendemain, d’où l’importance de s’avancer.

L’objectif est bien sûr de se tenir à ce planning, mais cela n’exclut pas une certaine flexibilité, par exemple pour un devoir donné du jour au lendemain ou pour assister à un événement exceptionnel. N’hésitez pas non plus à ajuster ensemble le projet après les premières semaines pour qu’il corresponde davantage aux besoins réels.

Pour les ados

Pour éviter la procrastination et les mauvaises surprises de dernière minute, je vous conseille de demander à votre collégien / lycéen de préparer un emploi du temps de son temps libre hebdomadaire et d’y placer les périodes de travail pour chaque matière. Il faut être réaliste, par exemple, il est difficile de se mettre directement au travail pour 2 heures de maths en rentrant d’une grosse journée de cours. Il faudra donc trouver une place dans le planning pour toutes les heures de travail hebdomadaire estimées par les professeurs mais aussi un peu de temps pour l’apprentissage du français lorsque celui-ci n’est pas ou peu pris en charge par l’école.

Aider son enfant à fournir un travail individuel efficace

Certes, il est nécessaire de consacrer du temps à ce travail personnel, mais encore faut-il que cet effort soit productif. En effet, plus votre enfant sera efficace et organisé, et plus rapidement le travail sera fait. Vous pouvez notamment lui suggérer de :

  • Mettre de côté les écrans, les réseaux sociaux ou toute autre tentation pour éviter les distractions durant la plage horaire réservée au travail personnel,
  • Lire les documents de cours et apprendre les leçons avant de s’attaquer aux exercices d’application ou de raisonnement,
  • Pour un apprentissage dynamique et pro-actif des leçons, encouragez-le à préparer des documents synthétiques, à réutiliser toute l’année et avant les évaluations : fiches-résumés numériques ou papier, cartes mentales, podcasts, vidéos, schémas-bilans…
  • Exploiter au mieux sa mémoire en utilisant les stratégies d’apprentissage les plus efficaces en fonction de son type de mémoire dominant :
    – Mémoire auditive : axée sur ce que nous entendons,
    – Mémoire visuelle : axée sur ce que nous voyons,
    – Mémoire kinesthésique : mémoire sensorielle, axée sur les autres sens que la vision et l’ouïe.

Valoriser son enfant et lui donner confiance en lui

Enfant regardant au loin le jour de la rentrée scolaire

Si votre enfant appréhende la rentrée ou les cours de français d’un point de vue académique, c’est peut-être parce que certaines compétences restaient à renforcer en fin d’année scolaire dernière. Montrez-lui que vous vous intéressez à ses progrès et à ses efforts et valorisez-les ! N’oubliez pas que la confiance en soi joue un rôle important dans la réussite.

Restez à l’écoute de votre enfant les premières semaines et ne laissez pas un climat de doute ou d’incertitude s’installer. Communiquez avec les professeurs sur les compétences à acquérir, les méthodes de travail, les objectifs à atteindre, les modalités de l’évaluation, etc. Trouvez ensemble des moyens de booster la motivation de votre enfant pour réunir les conditions adéquates pour une réelle progression.

Si vous êtes le professeur de français de votre enfant mais que ce n’est pas votre premier métier, il vous faudra une grande dose de patience et un peu de détachement car il est souvent difficile d’apprendre à son propre enfant. Dans cet article, une psychologue nous explique pourquoi cette relation d’apprentissage peut être difficile et comment faire pour détendre les choses.

S’adapter et savoir se rendre disponible

Entre 5 et 7 ans, les enfants apprennent la discipline du travail personnel. La plupart ont besoin d’être accompagnés dans leurs devoirs, qu’ils soient donnés par l’école ou par le professeur de français, pour comprendre les instructions et surtout garder le cap de la concentration. L’aide d’un adulte sera également indispensable pour l’apprentissage puis la consolidation de la lecture, notamment en français. Certains enfants aimeront vous solliciter pour réciter leurs leçons ou les aider dans leurs exercices.

Prenez le temps de reprendre avec eux en détail chaque leçon avant de réaliser les exercices, même s’ils vous paraissent très simples ! Refaites un exemple ensemble si nécessaire, en utilisant la même méthode que l’enseignant. A partir de 7-8 ans, essayez de développer l’autonomie en douceur. Et si votre enfant veut faire ses devoirs tout seul, laissez-le faire, mais vérifiez toujours la complétude et la présentation.

Clin d'oeil à nos lecteurs - Astuce de la rédactionVotre emploi du temps ne vous permet peut-être pas d’être disponible tous les jours au moment où vos enfants font leurs devoirs, mais essayez de déterminer une période dans la semaine où vous vous intéressez à ce qu’étudie votre enfant et à son travail personnel.

Pour les plus grands, restez attentif et à l’écoute

Plus grands, certains enfants travaillent de manière indépendante et ne vous demandent rien, et d’autres ont encore besoin de votre soutien ou de votre aide. Dans tous les cas, vérifiez que le travail soit fait régulièrement et sérieusement et encouragez votre enfant dans l’autonomie (gestion du temps, préparation des affaires…) en lui rappelant régulièrement que vous êtes disponible s’il/elle a besoin de vous.

Veiller à une bonne hygiène de vie

Pour que les enfants soient bien dans leur peau, épanouis intellectuellement et physiquement, assurez-vous de préserver du temps pour qu’ils se détendent et fassent des activités qui leur plaisent.

Chez les adolescents, le manque de sommeil est fréquent, aussi déterminez ensemble une heure de coucher qui vous parait raisonnable en semaine et soyez ferme pour l’appliquer, en veillant à ce qu’aucun écran ne soit accessible à ce moment-là.
Veillez également à leur alimentation afin que celle-ci garantisse les apports nécessaires pour « penser et se dépenser ».

Bonne année scolaire !


Vous vous questionnez sur comment transmettre le français à vos enfants ? Lisez notre article Enfants expatriés : comment apprendre le français, ou le garder.

Laisser un commentaire